Recent Posts

lundi 6 avril 2020

Tales From The Loop - la série Amazon Prime


Un petit village se trouve à proximité d'une machine nommée "The Loop" ("La Boucle"), dont la fonction est d'explorer les plus grands mystères de l'univers. Un récit fantastique, profond et poignant sur la condition humaine...

La nouvelle série que vient de produire Amazon Prime est la directe adaptation d'un jeu de rôle suédois à succès sortis en 2017.

Ce jeu produit par la maison d'édition Fria Ligan (Free League) est adapté à partir des fabuleuses peintures de l'artiste suédois Simon Stalenhag, dépeignant une vision uchronique de la Suède des années 80 où les robots existent et le transport de fret se fait sur des barges magnétiques antigrav. L'action se passe dans une ville et ses alentours situés à côté d'un centre de recherche souterrain : Le Loop. Là-bas des scientifiques travaillent sur des expériences tenues secrètes traitant de la gravité tout autant que du temps ou d'autres dimmensions. Ce qui amène cette région paisible à connaitre de plus en plus d'évènement étranges et paranormaux au fur et à mesure que des expériences deviennent incontrôlées dans le Loop.


Le jeu de rôle dont la chronique est aussi à lire sur ce blog, met en scène des enfants (les joueurs) qui usent de leur temps libre pour enquêteret résoudre d'étranges "mystères". Là où le jeu dépeignait deux régions pour situer le Loop et ses aventures : Le îles Mälaren en Suède et BoulderCity aux Etats-Unis, la série fait le choix de situer son action dans aucun de ces lieux et les deux à la fois. 

Tales From The Loop - la série prend la forme de plusieurs courtes histoires toutes localisées dans une petite ville dont le nom n'est pas donné mais qu'on devine aux Etats-unis. Il y flotte "une impression de Suède" pourtant inhérente, comme si les peintures de l'artiste avaient imprégné les décorareurs et la réalisation jusqu'à ce qu'ils fusionnent ensemble les deux lieux évoqués plus haut.


Chaque histoire suit un ou plusieurs enfants (ou adolescents) de cette ville, entrevus dans l'épisode précédents et qui sont mis en avant, au devant d'un mystère qui vient croiser leur vie et la marquer à jamais. La narration s'attarde sur les problèmes, les questionnements et les sentiments de ces jeunes héros "malgré eux", dans cette ville où se passent des choses étranges et où les parents trop omnubilés ou carrièristes, ne semblent rien percevoir. Les récits sont comme des contes parfois cruels, sans réel happy-end où l'étrange et la technologie croisent le chemin de ces enfants. 

Plusieurs scènes sont l'occasion de retrouver les peintures de Simon Stalenhag portées à l'écran, témoignant de l'étrangeté des lieux : un robot silencieux par ici, caché dans la forêt et qui observe les enfants, les trois tours de refroidissement du Loop qui emmergent du sol, Un mécanicien qui répare une borne étrange sur la route, des carcasses de machines inconnues perdues en pleine nature ou au bord de l'eau... Tout dans cette série transpire d'étrangeté dans un environnement pourtant connu (les années 80), portée par une sensation de langueur, de calme et de poésie contemplative. Il y règne une impression de plénitude, comme si les choses flottaient hors du temps, au travers du prisme d'un conte scandinave.


En voyant cette série on ne peut que penser aux films des années 90 (It/Ça, Les Goonies, Rencontre du troisième type, E.T...) où les récents Super 8 et Stranger Things mais sans la dimmension "héroïque" de ces histoires. On est plus proche de l'ambiance désabusée et contemplative des récits germano-scandinaves comme l'excellente série Dark sur Netflix. Il est à noter que la série Tales from the Loop emprunte à la fois à son jeu de base qu'à l'ambiance de sa suite plus désabusée et adolescente : Things from the flood, pour créer un mix des deux.

Il en demeure qu'en plus d'être un fabuleux jeu de rôle, un receuil de peintures tout aussi exceptionnelles, Tales from the Loop - la série est une merveilleuse pépite d'étrangeté et de poésie pour les amateurs de fantastique que nous sommes, je ne peux que vous la conseiller.

Lord Kavern

Tales from the Loop - le jeu de rôle


En 1954, le gouvernement suédois mit en chantier la construction du plus grand accélérateur de particules au monde dans les profondeurs du lac Mälar près de Stockholm. Les travaux s’achevèrent en 1969, et rapidement une communauté de scientifiques et de chercheurs se regroupa en créant un centre de recherche avancé au milieu du décor pastoral de l’île de Munsö. Les habitants de l’île appellent ce centre: le Loop.

La sortie de la nouvelle série Amazon Prime : Tales from the Loop est l'occasion pour moi de vous parler de cette petite pépite rôlistique, un jeu de rôle venu de suède comme on s'y attendait pas et multi- récompensé par les ENNIES lors de sa sortie en 1997.


Adapté des fabuleuses illustrations/peintures de l'artiste suédois Simon Stalenhag par la maison d'édition Fria Ligan (Free League), traduit et publié en France par Arkhane Asylum Publishing, Tales from the Loop est une vision uchronique de nos années 80 mais où les machines sont un peu plus avancées, les robots existent et le transport de fret se fait sur des barges magnétiques antigrav, portées par les champs magnétiques terrestres. Tout tourne autour d'un centre de recherche souterrain menant des expériences secrètes sur la gravité, le temps ou d'autres dimmensions : Le Loop.

Dans ce jeu de rôle, fi de jouer des héros bodybuildés, hache ou pistolets laser à la main, explorant des donjons sombres ou combattant des empires galactiques despotiques : on y incarne des enfants... avec des problèmes d'enfants. Mais ce jeu à l'instar des films des années 90 ("it"/"ça", les goonies, Rencontres du troisième type, E.T...) où les récents Super 8 et Stranger Things met en scène des enfants (ou des adolescents comme on verra plus loin) face à des "mystères" sur lesquels enquêter. Et les evènements étranges qui se multiplie semblent tous liés au Loop et à ses expériences scientifiques : robots en dèserrances, paradoxes temporelles, machines et inventions incontrôlées, dinosaures échappés d'une autre dimension...


Le jeu propose plusieurs postulats de départ pour mettre en scène ces mystères : deux régions sont proposées dans le livre de base pour situer le Loop et ces aventures : Le îles Mälaren et particulièrement l'île de Münso en Suède et BoulderCity aux Etats-Unis. L'édition française s'est enrichie lors du financement participatif d'un cadre de jeu français sous la forme d'un supplément et un autre : Our Friends the Machine; offre un cadre britanique au jeu.

Ce jeu est une véritable réussite, portée par un système très simple et élégant à base de dés à 6 faces dérivé d'un autre fabuleux jeu post-apocalyptique de l'éditeur Fria Ligan : Mutant Year Zéro. C'est d'ailleurs le même système avec quelques légères modifications qui propulse tous les jeux de cet éditeur : Forbidden Lands, Coriolis, le prochain Vaeren ou le très récent Alien (basé sur la très connue franchise cinématographique au mordant Xénomorphe) que je chroniquerai bientôt. J'aime à dire que le jeu de rôle suédois, longtemps resté sous les radars du mileu rôlistique mais foissonnant est comme le design scandinave : ultra simple, concis et diablement efficace. Un livre et une poignée de dés suffisent à éveiller votre imagination et faire jouer pendant des années.

Outre son sytème de résolution à base de D6, le jeu a été très habilement pensé, posant des conventions qui rendent ses parties très caractéristiques :
- Les enquêtes des enfants autour des "mystères" sont découpées sous forme de scène avec ellipse. On ne s'attarde pas à ce qu'il s'est passé entre deux scènes.
- On alterne scènes de "mystère" et scènes de la vie de tout les jours (à l'école, avec les parents, etc...) pour donner vraiment l'impression de vivre une vie d'enfant.
- Les enfants peuvent échouer, être effrayés, voir être mis en incapacité face à un danger mais ne meurent pas, règle absolue.
- Les adultes n'écoutent pas assez les enfants ou ne croient pas aux mystères qu'ils ont révélés.


A savoir que le jeu bénéficie en anglais de deux suppléments (un de traduit pour le moment) Our friends the machines et Out of time, ainsi que d'un autre jeu suite/frère mais qui peut se jouer indépendamment : Things from the Flood (bientôt traduit et disponible en boutiques) qui met en scène des adolescents dans la même région mais après une terrible catastrophe survenue dans le Loop.
Dans celui-ci on est plus proche de l'ambiance de la série Dark que de l'insouciance de Stranger Things... et surtout, la dimension dramatique y est plus présente car la mort peut frapper.

En conclusion, l'adaptation de la série Amazon prime est l'occasion de découvrir ou re-découvrir cette pépite rôlistique qui arrive en français depuis peu sur nos tables, de replonger en enfance dans les années 80 étranges et d'inventer vos propres histoires, vos propres "mystères".

Lord Kavern