lundi 5 août 2013

La Déclaration, Gemma Malley (SF jeunesse)




«Ils aiment les choses telles qu’elles sont, immuables, et ils ont peur du changement, alors ils le suppriment.»

En 2140, un traitement a été découvert pour lutter contre la vieillesse et la maladie. Les gens ne meurent plus et par conséquent, il est interdit d’avoir des enfants à moins de renoncer soi même à l’immortalité. L’orphelinat de Grange Hall abrite ceux qui sont nés illégalement : les Surplus. Traîtés comme des esclaves, torturés, mal nourris, les Surplus subissent les pires traitements inimaginables, contraints de réparer le crime qu’ont commis leurs parents en les mettant au monde. Parmi eux Anna, l’héroïne du roman , qui, endoctrinée par l’éducation stricte et humiliante que Mrs Pincent, la directrice, fait régner sur l’établissement, accepte son sort avec soumission. L’arrivée de Peter, un nouveau Surplus, va bouleverser le cours des évènements …


Un roman poignant qui vous entraîne dans un monde donnant l’illusion d’être parfait mais qui s’avère vite être un cauchemar pour les Surplus, enfant d’êtres qui ont accepté de devenir immortels et de ne plus faire d’enfants en échange mais qui finalement offre une nouvelle génération à la planète. Ce roman nous pose des questions concernant la place de chacun jeune ou âgé, riche ou pauvre dans le monde. Peut-on dire que certains ont une place légale sur cette Terre et d’autres une place illégale ? Le livre de Gemma Malley ouvre cette réfléxion. A lire sans plus tarder dans la lignée du « Meilleur des mondes » de Aldous Huxley.
Et si les aventures de Peter et Anna vous laissent sur votre faim la suite est désormais disponible : La résistance et La révélation toujours du même auteur. A noter que ce roman même si il est proposé au rayon jeunesse des librairies n'en ai pas pour autant déconseillé aux adultes bien au contraire. 

Lady Fae

1 commentaire:

  1. Bonjour,

    Merci pour ton article. Sans lui, je serai passée à côté de ce livre qui m'a l'air très interressant quant à sa réflexion sur le "jeunisme" de notre société ....

    RépondreSupprimer