Recent Posts

dimanche 29 septembre 2013

Solomon Kane, histoire d'un répurgateur



Aujourd'hui, je vous fais une chronique sur le personnage de Solomon Kane, créé par Robert E. Howard, et qui est apparu pour la première fois en 1928, dans la revue de nouvelles fantastiques Weird Tales.

La culture populaire a plus retenu de Robert E. Howard la création du personnage de Conan le Barbare, popularisé au cinéma par deux films (même si je ne m'étendrai pas ici sur la qualité du deuxième, cela pourrait prendre lieu dans une autre chronique).

On oublie, malheureusement que cet écrivain texan, qui s'est suicidé à l'âge de 30 ans, a été plus que prolifique en création de nouvelles durant ses 15 années d'écriture (dont 11 années de publications) et est, encore aujourd'hui comme JRR Tolkien, considéré comme l'un des fondateurs de la Fantasy moderne.

Très influencé par la culture pulp, cet écrivain voulait au départ s'affirmer en tant que créateur de récits d'aventures historiques. Mais finalement une série de rencontres et de correspondances avec d'autres auteurs (H. P. Lovecraft, entre autre...), et ses premières possibilités de publication dans la revue Weird Tales (Histoire Bizarres), l'ont amené à créer et à parfaire un genre de Fantasy, encré dans une partie de l'histoire (ou de la pré-histoire) réelle. Ceci l'a amener à développer dans ses nouvelles, et pendant 15 années de carrière, des héros variés tels que Conan le Cimérien, Kull le roi d'Atlantide, Bran Mac Morn, El Borak, et Solomon Kane.


Ce dernier a vu ses aventures contées au travers de 7 nouvelles, 3 poèmes et 6 récits ou extraits inachevés, excellemment ré-édités et re-traduit en 2008 aux éditions Bragelonne et finalement popularisé en 2009, par un film Anglo-Américano-Tchèque au nom éponyme.
A noter que cette édition s'est vu agrémentée des excellents dessins noirs et blancs de Garry Gianni, illustrants l'édition américaine de Balantine Books, en 2004, sous le titre "The savage tales of Solomon Kane".


"Solomon Kane était un homme grand et maigre, son visage très blanc et ténébreux, ses yeux profonds et rêveurs étaient rendus encore plus sombres par le costume foncé et austère de Puritain qu’il aimait porter. » (citation éd. Fleuve Noir (1981), traduction de François Truchaud). Solomon Kane est un anglais puritain du XVIème siècle, un soldat taciturne et extrêmement pieux, un bretteur qui fuit l'ivresse et la chair, pour traquer les émanations du mal sous toutes ses formes, au nom du Tout Puissant. Ce personnage s'inscrit à l'antithèse de l'autre création majeur d'Howard : Conan.

Ses récits l'entrainent depuis les ports mal famés d'Angleterre jusqu'au plus profond de l'Afrique noire, mystérieuse et antique. Il y traque démons, reine Vampire et autres créatures maléfiques, comme une expiation de ses propres démons à lui.



La version cinématographique de Michael J. Bassett, sortie en France en 2009, se veut presque une préquelle à l'oeuvre de Robert E. Howard. James Purefoy y campe un Solomon Kane, mercenaire cruel et brutal, qui lors d'une confrontation avec la Mort, apprend que son âme est voué au Diable. Solomon n'aura alors de cesse de racheter son âme en devenant un fervent Chrétien et un puritain. 

En dehors de ça, le film navigue sur plusieurs incohérences  (Drapeau Union Jack qui n'est pas censé avoir existé à l'époque du personnage, entre autre...) et cantonne quelque peu l'histoire de Kane dans une Angleterre maudite, où le diable agit par l'intermédiaire de sorciers et de guerriers démoniaques. 
C'est un petit peu réducteur de la richesse des récits de ce personnage, dont en fait, très peu de nouvelles se déroule en Angleterre. On ne retrouve malheureusement pas l'ambiance dépeinte et les mystères "pulp" des récits de Kane en Afrique. On a plus là, dans ce film, qui n'est pas mauvais, mais certainement pas la meilleure adaptation qui aurait pu être faite de ce personnage, une vision d'univers de Dark Fantasy collant mieux au monde du jeu Warhammer. A noter que lors de l'élaboration de ce jeu, Games Workshop, tirant divers influences des grands récits de la Fantasy, se basa sur le personnage de Solomon Kane pour créé les Répurgateurs, des chasseurs de sorcières, de démon et d'hérésie.
Je ne peux que vous conseiller la lecture du livre aux éditions Bragelonne, pour en tirer la réelle essence de Solomon Kane.

Lord Kavern

2 commentaires:

  1. Il est bien votre blogue. Il donne envie de lire ces auteurs.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas encore découvert Solomon Kane, en dehors du film.
    Mais ayant acquis plusieurs livres en version numérique, je vais bientôt m'y mettre, dès que j'aurais finis mes lectures actuelles.

    RépondreSupprimer