vendredi 23 septembre 2016

Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg, partie III




Jour 4 : Lundi 19 Septembre

Salut à vous autres ! Nous nous étions déjà croisés, non ? A la sortie de l'avant-première de Blair Witch si je ne m'abuse. Peut-être certains d'entre vous ont-ils eu l'occasion depuis de se faire leur propre opinion sur ce film, d'ailleurs. Je reviens donc vers vous pour partager une toute autre expérience ; celle de mes hasardeuses déambulation au fil du FEFFS.
En effet, si l'épicentre d'un festival de cinéma est constitué de films, on y retrouve également une ambiance propre. Ici, par exemple, celle-ci peut être dépeinte par le Village Fantastique. Véritable point névralgique où Poteline et moi-même étions amenés à nous rendre au moins un fois par jour afin d'y récupérer nos places pour les séances de la journée, on y trouvait (et on y trouve encore pour quelques jours) un peu de tout !
Hormis de forts sympathiques bénévoles sans qui le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg ne saurait être ce qu'il est, et qui font preuve d'une motivation hors du commun, on peut y débusquer plusieurs stands nous plongeant dans nos plus doux et frissonnants souvenirs de cinéphiles : cartes et croquis évoquant de vieilles affiches de films, bijoux et autres goodies en rapport direct avec les plus grands classiques du genre, ou encore livres et articles traitant du cinéma fantastique sous toutes ses latitudes, autant dire que chaque chaussure de verre peut y trouver sa Cendrillon, et inversement. Visualisez alors tout ceci baigné dans une atmosphère brumeuse, vous invitant à vous promener devant les pierres tombales de Jack Skelligton et de sa douce Sally, surplombées par les épouvantails de ces derniers en grandeur réelle, ou encore traverser des champs de courges et autres citrouilles à la lueur d'une lune sur laquelle se dessine un inquiétant poulpe, véritable égérie du festival.


C'est également the place to be entre deux séances, où vous pourrez vous rafraichir en solitaire comme entre amis au goulot d'une Meteor fraîchement brassée et -petit détail non-négligeable- servie avec le sourire ! Autant vous le dire, on a rarement vu un hall d'accueil faire aussi bien son boulot, vous immergeant dans le cadre du festival avec une rare qualité.


© Cédric Jager / Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg
Jour 5 : Mardi 20 Septembre 2016


Mais le Village n'est pas le seul événement à se dérouler en plein air pendant le FEFFS. Point de rendez-vous depuis maintenant plusieurs années, la projection sur écran géant au pied de la fameuse cathédrale de Strasbourg est devenue un incontournable du festival ! L'an dernier, toute la ville pouvait venir librement découvrir ou redécouvrir l'exceptionnel The Gremlins de Joe Dante, lequel était d'ailleurs présent en tant qu'invité d'honneur, l'année précédente ce fut une projection de Ghostbusters d'Ivan Reitman qui fut présenté. Et lors de cette 9ème édition, nous pouvons dire avoir été tout aussi gâtés qu'auparavant avec l'incroyable Jurassic Park de Steven Spielberg. Avec une file d'attente sans pareille pour y assister, une ambiance au rendez-vous, les magnifiques dinosaures de John Hammond furent chaleureusement accueillis. Ce fut là l'occasion de revisiter un des films les plus marquants de l'évolution du monstre au cinéma. En effet, Jurassic Park allie à merveille toutes les techniques que l'on connaissait alors pour constituer ses créatures et leur offrir le rendu le plus sensationnel et réaliste possible à l'écran : costumes, animatronics et images de synthèse. Tout y est maîtrisé à la perfection pour des sensations encore fortes à l'heure actuelle.
Quelle claque de voir le T-Rex ravager son enclos au pied même d'un des monuments les plus emblématiques de la ville ! On y retrouvait le plaisir des drive-in d'autrefois, les voitures en moins. Et lorsqu'on voit ce qu'il advient des véhicules dans le film, on se dit que ce n'est peut-être pas plus mal d'être venu à pieds...
Rassemblement phare du festival, moment fort par excellence, la projection en plein-air est un de ces points qui ne laissent présager que du bon pour l'avenir du FEFFS. Et si cette année l'habituelle zombie-walk a dû être légèrement tronquée pour cause de sécurité, cela n'aura su entacher l'enchantement que l'on tira de cette édition 2016. Quelque soit l'installation que l'on a chez soi pour dévorer les plus grands classiques du cinéma, partager cela avec tant et tant de monde au cœur de Strasbourg est une expérience unique et inégalable.

Sur ce, je vous laisse à vos errances habituelles.
Veuillez agréer des bisous,
Vôtre par intérim,

Bishop9K

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire