Recent Posts

jeudi 16 février 2017

Underworld Blood Wars, de Anna Foerster


L'Etrange Librarium a eu le plaisir de voir ce volet de la saga Undeworld en avant-première au Cap'Cinéma de Carcassonne. Lors de cette soirée quelques adeptes sont venus tout de noir vétus ! Ambiance garantie et un an de cinéma pour la gagnante du concours "Appel aux vampires et Lycans : venez costumés". Découvrez les photos ICI.

Dans ce nouvel opus de la franchise, Underworld : Blood Wars suit la chasseuse de lycans Selene face aux agressions brutales des clans lycans et vampires qui l’ont trahie. Avec ses seuls alliés, David  et son père Thomas, elle doit mettre fin à la guerre sempiternelle entre les deux clans, même si cela implique pour elle de faire le sacrifice ultime.

La saga a vu le jour en 2003 et 3 réalisateurs se sont succédés pour les 4 premiers opus. Cette fois-ci c'est Anna Foerster qui prend les commandes avec brio pour un épisode survolté ! Selon Kate Beckinsale, interprêtant Sélène, "personne ne croyait dans une franchise emmenée par une femme". Et pourtant elle a su trouver son public pendant presque une quinzaine d'années.
Ce nouvel épisode n'a rien perdu de ce qui a fait le succès des précédents films. Si l'histoire en elle-même se veut plutôt classique, avec une guerre entre vampires et lycans qui n'en finit plus de faire des victimes, l'ensemble du film offre à son public du grand spectacle et une mise en scène de qualité.

1h30 qui passe à toute vitesse grâce à des scènes d'actions dynamiques et fort bien chorégraphiées. Du suspens et des rebondissements permettent au film de garder un rythme soutenu éloignant ainsi ennui et longueurs inutiles. Survitaminé, "Underworld : Blood Wars" déborde d'énergie. Cependant on pourra reprocher à cet opus d'être trop court. Le scénario aurait en effet mérité de s'attarder un peu plus sur les personnages et sur leur histoire. Cette guerre séculaire semble prendre fin trop vite et trop facilement laissant ainsi le spectateur sur sa faim !

On soulignera l'esthétique des décors, des costumes et des SFX. Les lycans sont plus vrais que nature. L'assemblée où siège le clan qui a renié Sélène se veut sombre mais fastueuse, protégée par une technologie de pointe (vidéosurveillance, fermeture automatisée des volets d'acier une fois l'aube venue...). La forteresse des vampires du Nord, culminant au sommet d'une montagne balayée par des vents glacials, contraste par son aspect plus rustique (château aux murs de pierres). Les vampires qui y vivent sont blonds comme les blés et vétus de blanc. Leurs tenues médiévales s'opposent à celles plus gothico-rock de Sélène et de son clan.


Côté casting on ne se refuse rien ! Kate Beckinsale rempile pour la cinquième fois dans une tenue qui lui sied à merveille. En 15 ans l'actrice ne semble pas avoir pris une ride. Toujours aussi convaincante en tueuse impitoyable on finit par se demander si elle n'est pas elle-même un vampire traversant les âges sans en subir les affres ! Si le personnage de Selene a jusque là mis en avant son côté meurtrier au coeur de pierre, cet épisode lui donne plus de profondeur : en effet en mère séparée de sa fille, veuve et trahie par son propre clan elle dévoile une part plus humaine et sensible jusque là bien enfouie, voire inexistante.
Charles Dance ("Trône de Fer") signe comme toujours une prestation où élégance et charisme rivalisent. Lara Pulver, interprêtant magnifiquement Semira, offre au film une part de sensualité inhérente aux vampires : femme de pouvoir, avide de réussite, elle domine et séduit, réussissant à faire de Varga (vampire incarné par Bradley James) un esclave répondant à ses désirs sulfureux... Semira a les crocs et Lara Pulver nous livre un personnage en cinquante nuances de noir dont les tenues ne laissent aucun doute quant à ses envies !

La 3D, parfois décriée, renforce ici l'esthétique globale de ce long-métrage. Nous sommes en immersion totale au coeur de l'action. Point de faux pas, la 3D est utlisée à bon escient donnant plus de profondeur aux décors et plus de dynamisme aux scènes de combat.

Porté par un BO énergique signée Michael Wandmacher, ce cinquième opus tient ses promesses : action, mise en scène travaillée, esthétique poussée. Trahisons, vengance, soif de pouvoir (et de sang !), amour et haine font de l'éternel conflit Lycans-Vampires une recette à succès ! Mordus du genre sortez, sortez, où que vous soyez et rendez-vous dans une salle obscure ! 

Lady Fae

2 commentaires:

  1. Elle reprend son rôle pour la quatrième fois (le 3eme opus étant un prequel).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle reprend bien son rôle pour la cinquième fois :
      - Underworld
      - Underworld 2 : Évolution
      - Underworld 3 : Le Soulèvement des Lycans
      - Underworld : Nouvelle Ère
      - Underworld: Blood Wars

      Dans le 3 qui est en effet un prequel Kate Beckinsale narre le début du film et y fait une apparition. Le film n'est certe pas centré sur elle mais elle n'en est pas moins présente !

      Supprimer