Recent Posts

mercredi 17 mai 2017

Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur, de Guy Ritchie


Jeune homme futé, Arthur tient les faubourgs de Londonium avec sa bande, sans soupçonner le destin qui l'attend – jusqu'au jour où il s'empare de l'épée Excalibur et se saisit, dans le même temps, de son avenir. Mis au défi par le pouvoir du glaive, Arthur est aussitôt contraint de faire des choix difficiles. Rejoignant la Résistance et guidé par une Mage, il doit apprendre à maîtriser l'épée, à surmonter ses démons intérieurs et à unir le peuple pour vaincre le tyran Vortigern, qui a dérobé sa couronne et assassiné ses parents – et, enfin, accéder au trône…

J'ai pu assister à l'avant-première du Roi Arthur au Cap'Cinéma de Carcassonne. La bande-annonce ne m'avait ni vraiment marquée ni franchement inspirée confiance et pourtant la curiosité l'a emporté !

Après moult adaptations (Les Brumes d'Avalon sorti en 2001 et tiré du livre de Marion Zimmer Bradley, Lancelot, le premier chevalier sorti en 1995, Kaamelott d'Alexandre Astier...) c'est Guy Ritchie (avec au scénario Joby Harold, David Dobkin et Lionel Wigram) qui prend les commandes pour nous livrer sa vision de la légende Arthurienne.
Faîtes fi de tout ce que vous savez à propos du Roi Arthur : le réalisateur s'offre des libertés à faire pâlir les historiens, la généalogie royale d'Arthur en prend un sacré coup mais qu'importe nous ne sommes pas là pour une leçon d'histoire !
Oubliez Chrétien de Troyes, Guy Ritchie dépoussière avec brio la légende d'Excalibur pour notre plus grand plaisir. Il n'en fait qu'à sa tête mais signe ici un long-métrage qui n'a rien à envier à tout ce que l'on avait pu voir jusque là !


Porté par des acteurs triés sur le volet (Jude Law, Djimoun Hounsou, Eric Bana, Aiden Gillen, Astrid Bergès-Frisbey, Charlie Hunnam...), "Le Roi Arthur : La légende d'Excalibur" est est un film rythmé et  visuellement osé. Dès les premières scènes le ton est donné : le spectacle s'annonce grandiose ! Créatures fantastiques, paysages vertigineux, architectures déroutantes... rien n'est laissé au hasard dans cette production titanesque.
Nul répit n'est donné au spectateur plongé, dès les premiers instants, dans le feu de l'action. Alternant scènes de combat habilement chorégraphiées et au rythme effréné, et immersion dans de somptueux décors, le film offre à son public une aventure esthétique menée tambours battants.

Oscillant entre fresque héroïque et épopée fantastique, "Le Roi Arthur : La légende d'Excalibur" trouve son équilibre et donne un nouveau souffle au cycle Arthurien. Accompagné d'une bande-originale (d)étonnante signée Daniel Pemberton l'ensemble se veut décalé et jouissif. La mise en scène (typiquement "Ritchienne" et que l'on avait pu découvrir dans les deux opus de Sherlock Holmes) pousse l'esthétique à son paroxysme et comble rapidement un scénario quelque peu léger, prévisible voire bancal. 

"Le Roi Arthur : La légende d'Excalibur"  est de ces films qui divisent : nul doute que les puristes des légendes Arhuriennes crieront au scandale. Pour autant Guy Ritchie mène d'une main de maître ce projet risqué. Il se démarque sans peine de ces prédecesseurs qui, eux aussi, ont tenté de porter à l'écran le mythe d'Arthur et de sa célèbre épée.

Une belle surprise donc, contrairement à ce que me laissait penser le trailer. Je craignais un énième navet mélangeant amour courtois et faits héroïques d'un héritier royal défendant la veuve et l'orphelin. Il n'en est rien ! Les personnages ne restent pas figés aux rôles qui leur étaient traditionnellement attribués. Guy Ritchie nous plonge dans une super-production originale à l'esthétique audacieuse qui ne laisse pas indifférent.

Lady Fae

1 commentaire:

  1. Celui là, je vais aller le voir. Le personnage d'Arthur est Jacks dans Sons of Anarchy, une série de motards que j'avais adoré. Alors lui combiné aux légendes arthuriennes, je suis comblée !

    RépondreSupprimer