Recent Posts

dimanche 6 août 2017

Exposition H.R.Giger - Seul avec la Nuit - Lieu Unique Nantes

Exposition H.R.Giger - Seul avec la nuit - Lieu Unique, Nantes - Du 16 juin au 27 août 2017


Le nom de Giger est aujourd’hui indissociable de la saga "Alien" de Ridley Scott. Ses créatures, devenues de véritables symboles de la science-fiction moderne, lui ont permis d’acquérir un statut inégalé pour un créateur dans le monde du cinéma. Il obtient ainsi l’Oscar des meilleurs effets spéciaux en 1980.


Toutefois, Giger ne se limite pas à "Alien". C’est un créateur prolifique, dont les oeuvres éclectiques sont à l’image d’une carrière riche, dense et active dans des domaines aussi variés que la sculpture, le cinéma, la musique (pochettes d’albums pour Magma, scénographie du Mylenium Tour de Mylène Farmer) ou encore le jeu vidéo (Dark Seed).

L’exposition du Lieu Unique parvient à mettre brillamment en valeur l’œuvre du Maître suisse. Lumières, projections, tout est parfaitement pensé afin de rendre un hommage à la hauteur des créations exposées.
Dès l’entrée, l’œil du visiteur est attiré par un majestueux Giger Bar.


Les œuvres des années 1960, telles que "Birth Machine" (1967) frappent par leur originalité et donnent naissance à une nouvelle forme de science-fiction, à la fois captivante et effrayante. Son style "Biomécanique", mêlant éléments organiques, anatomiques et machines, crée un véritable univers. Il est difficile de détacher le regard de ces œuvres tant les détails sont nombreux et les messages à la fois limpides et crus. 
On oscille entre admiration pour la beauté de la création et une forme d’angoisse face à ces œuvres puissantes et dérangeantes qui évoquent sans détours dérives technologiques, scènes de violence ou de torture. L’œuvre de Giger pose la question du statut de l’humain dans un monde dévoré par une technologie qu’il ne semble plus maîtriser et par laquelle il se trouve asservi.



Malgré tout, comme le souligne Carlos Arenas, commissaire de l’exposition, Giger parvient avec talent à combiner beauté et laideur. L’art de Giger est violent, souvent choquant.
Certaines œuvres ont d’ailleurs été censurées, notamment aux USA, où elles ont pu être qualifiées d’obscènes. Giger est un visionnaire, et ses créations peuvent être considérées comme provocatrices au sens où elles instillent en nous des émotions et des sensations complexes, voire un réel malaise.



L’œuvre de Giger ne s’arrête pas au cinéma, sa collaboration pour Alien ayant d’ailleurs été l’une des rares à avoir été couronnée de succès (le projet "Dune" d’Alejandro Jodorowsky ayant été avorté faute de budget suffisant).


Giger va au-delà de la pure création graphique. Il explore l’humain et développe une philosophie, des concepts, qu’il n’est pas toujours aisé de rendre à l’écran. Giger est un grand admirateur de Lovecraft, mais aussi d’Aleister Crowley. Son attirance pour la littérature ésotérique a très clairement influencé son oeuvre. On retrouve ainsi le plasticien dans Métal Hurlant, dont Baphomet (1975) fera la couverture.
Giger ne cesse de perfectionner son style biomécanique au cours 1970, en utilisant désormais essentiellement un aérographe, qui lui permet notamment de travailler davantage l’illusion de trois dimensions.
A partir des années 1990 ; l’artiste se tourne davantage vers la sculpture, le design architectural et les dessins de petit format.


En 1998 est inauguré le musée Giger à Gruyères, en Suisse. Une reconnaissance pour celui qui a tardé à rencontrer un succès dans le milieu "académique".

Aujourd’hui, toutefois, Giger est considéré, à juste titre, comme une figure culte, un artiste visionnaire dans le genre futuriste et apocalyptique. Son œuvre continue d’interroger sur l’impact de la technologie et d’impressionner par ses références culturelles. Décédé en 2014 à l’âge de 74 ans, il continue d’influencer le monde de la littérature, de la musique, du cinéma ou encore du jeu vidéo.




Il vous reste encore quelques jours afin de découvrir cette exposition exceptionnelle, alors foncez-y sans tarder !

Athina

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire