Recent Posts

vendredi 5 avril 2019

Shazam ! de David F. Sandberg


On a tous un super-héros qui sommeille au fond de soi… il faut juste un peu de magie pour le réveiller. Pour Billy Batson, gamin débrouillard de 14 ans placé dans une famille d'accueil, il suffit de crier "Shazam !" pour se transformer en super-héros. Ado dans un corps d'adulte sculpté à la perfection, Shazam s'éclate avec ses tout nouveaux superpouvoirs. Est-il capable de voler ? De voir à travers n'importe quel type de matière ? De faire jaillir la foudre de ses mains ? Et de sauter son examen de sciences sociales ? Shazam repousse les limites de ses facultés avec l'insouciance d'un enfant. Mais il lui faudra maîtriser rapidement ses pouvoirs pour combattre les forces des ténèbres du Dr Thaddeus Sivana... 

"Shazam !" est le nouvel opus de la firme DC. Après Man of steel, Suicide Squad, Batman vs Superman, Wonder Woman, Justice league, Aquaman… le nouveau super héros (qui en est un des plus anciens en même temps), prend cet univers de comics à contre-pied… et cela s’avère rafraichissant. 


Une Origin story aux allures de teen movie…

Tout d’abord, "Shazam !" c’est un super héros pas si récent que ça. Appelé Captain Marvel (j’en ai parlé dans une précédente chronique) au départ, le héros a été crée en 1940 par C.C Beck et Bill Parker pour apparaître la première fois dans le numéro 2 de Whiz Comics de Fawcett Publications. La ressemblance de ce héros avec Superman (créé en 1933) était voulu vu qu’il s’en inspirait largement. Ce fut le plus populaire des super héros des années 40, avec dès lors son propre comics : "Captain Marvel" de 1941 à 1953. La course prodigieuse du personnage s’arrêta net cette dernière année là alors que DC comics intenta un procès pour plagiat aux auteurs et à l'éditeur. Celà mis fin aux parutions du comics mais le héros revus le jour en 1972, lorsque ses droits furent rachetés par DC Comics en même temps que Fawcett Publications. Entre temps comme les droits sur l'appelation Capain Marvel ont été acquis par la maison d'édition de Stan Lee, le super héros sera rebaptisé "Shazam !" dès 2001. 

Ce personnage, c'est surtout un gosse de 14 ans, enfermé dans un corps de super héros adulte. Celui-ci se voit attribuer par un antique sorcier la sagesse de Salomon, la force d'Hercule, l'endurance d'Atlas, la foudre de Zeus, le courage d'Achille et la vitesse de Mercure... lorsqu'il prononce "Shazam !".. et les ennuis commencent. 

Le film que nous propose le réalisateur suédois David F. Sandberg, à qui on doit l'excellent et flippant "Annabelle 2 : les origines du mal", n'a rien d'un long métrage d'horreur. Celui-ci sait , au contraire, puiser dans le cinéma adolescent dont il s'abreuve des codes et des références. Tout y passe : le jeune fugueur en mal de reconnaissance et d'amour maternel, la copain geek qui s'improvise coach et community manager du super héros, la famille recomposée aimante, les gros durs du collège qui vous attendent à la récréation... et un méchant sacrément méchant et pas follement convainquant, interprété par Marc Strong. 

Difficile de ne pas voir dans ce long métrage, très, très second degré, toutes les références à un auguste film du genre, où là aussi, un jeune garçon, interprété par Tom Hanks, se voit piégé dans un corps d'adulte : BIG. Les scènes s'enchaînent, établissant un parallèle avec ce long métrage des années 90 qui a su traduire avec humour et tendresse les affres du passage de l'enfance à l'age adulte. "Shazam !" rend hommage à son prédécesseur en cachant de ci de là de multiples références à celui-ci... saurez vous toutes les trouver ? 


…mais un héros cool en devenir. 

Mais "Shazam !", ce n'est pas qu'un film jeune public à l'humour potache, c'est aussi une habile origin story rafraichissante au milieu d'un univers DC qui se prend parfois trop au sérieux. Un film de super héros en devenir, qui passe de l'insouciance de l'enfance à l'age de raison et des responsabilités. Un héros bodybuildé en collants rouge vif qui sait à présent se démarquer du Superman qui l'a inspiré pour devenir un personnage "badass", drôle, un peu idiot et attachant qui apprend à devenir un adulte. 

Les scènes d'humour et de situations ubuesques s'enchainent pendant une bonne moitié du film pour laisser place à de l'action débridée qui manque quand même parfois d'ampleur. Comme dans toute Origin story, le héros se voit attribuer uns némésis, un vilain interprété par Marc Strong, censé détenir le pouvoir des 7 péché capitaux. Mais là, point assez de substance pour celui-ci englué dans son rôle de super méchant, adulte et misantrope mais qui peine à faire frémir le spectateur. 

En substance, "Shazam !" est un bon divertissement, un film ado aux allures de film de super héros mais qui s'avère finalement drôle et plaisant. On en sort agréablement, amusé et surpris par ce nouveau ton donné par la firme DC. 

Lord Kavern

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire