Recent Posts

lundi 20 janvier 2014

"Shona, L'aventurière intrépide" de Aline Montesanti et Antony Balbo


Au fin fond de l'univers, dans un autre système solaire, existent des mondes habités par des peuples techniquement avancés. Shona, nouvelle recrue à bord d'un bâtiment spatial, fait une rencontre extraordinaire lors d'une escale sur une planète où la civilisation est nettement moins évoluée. L'amour, l'aventure, l'action avec un zeste d'humour selon les circonstances seront les principaux caractères de cette aventure romanesque...

Ce roman de fantasy a été écrit par Aline Montesanti et Antony Balbo et publié chez "Mon petit éditeur".

Aux confins de la galaxie, des clichés bien présents !

Soyons francs le récit réserve aux lecteurs bien peu de surprise. Tous les ingrédients étaient pourtant là pour en faire un roman de fantasy agréable : voyage dans un autre système solaire, péripéties des héros, présence d'un grand danger et rencontres annoncées dans le résumé comme extraordinaires. Autant dire que l'astronef peine à décoller ! L'intrigue est cousue de fil blanc, les relations amoureuses entre les personnages sont dignes d'un feuilleton télévisé et très prévisibles. Les auteurs ont pourtant tenté de mettre dans leur roman des rebondissements mais là encore ils sont attendus et perdent ainsi de leur effet. En bref le vide intersidéral se fait vite ressentir !

Une écriture maladroite

Si les héros du roman se perdent dans l'infini (et au-delà !!!) il en va de même pour le lecteur ballotté entre des conjugaisons et concordances de temps pour le moins surprenantes ("... elle marcha droit devant, quand soudain face à elle, un homme armé.... bloquait ainsi l'accès.") et des expressions fantasques ("... les habitants de cette planète étaient vêtus pour la plupart des femmes, d'un corselet et d'une longue jupe en tissus préliminaire..."). Vous me direz pour le zeste d'humour promis on est servi !
Force est de constater que l'intrigue est rapidement masquée par une écriture maladroite (on peut aussi mentionner une ponctuation parfois inappropriée qui fait perdre du sens au récit). Le lecteur se trouve bien vite plongé dans un profond coma cryogénique.

Passionné(es) de SFFF passez votre chemin, vous ne trouverez dans ce roman que de pâles relations sentimentales. Il ne suffit pas de mettre nos héros en orbite pour obtenir un bon récit de science-fiction.

Lady Fae



3 commentaires:

  1. Ce livre... Quel ennui ! Et encore vous avez sans doute eu "la chance" de le recevoir gratuitement via la maison d'édition ! Pour ma part j'ai perdu mon temps et mon argent et de la place dans ma bibliothèque ! Mal écrit, sans intérêt... Je n'ai pas pu le terminer tant je l'ai trouvé soporifique. L'auteure semble contente de dire dans son interview qu'elle n'a pas de coups de Coeur en littérature et bien peut être devrait elle se mettre à lire et à se nourrir des grands classiques de la SF pour espérer un jour parvenir à décoller... Bref pas de quoi être fier de cette parution on ne peut que conseiller aux auteurs de changer de métier ou de sérieusement se mettre au travail sinon ils sont bons pour écrire des romans Arlequin...

    RépondreSupprimer
  2. A vous de changer de métier... Surtout si vous ne supportez pas les critiques (mauvaise)..... Et la liberté d'expression alors ???

    RépondreSupprimer
  3. Autant le dire tout de suite, ce livre est une catastrophe sur toute la ligne. Les personnages sont grotesques et caricaturaux (Shona la petite dinde nymphomane de l'espace qui glousse au premier homme qu'elle voit), l'histoire est insipide et prévisible (on appréciera dès le début le passage secret qui était là comme par hasard au fond de la grotte), et tourne uniquement sur les relations entre les personnages. Bref on est plus proche du roman Harlequin que d'une odyssée spatiale.
    D'un point de vue strictement technique, là non plus on n'évite pas le naufrage. Le texte n'a visiblement pas été relu avant édition (ce qui peut se comprendre, lire ce livre, c'est un calvaire sans nom) car il est truffé de fautes d’orthographe (au moins une par page), les fautes de grammaire sont légion (il faudra penser à réviser l'accord avec les auxiliaires être et avoir) ainsi que celles de conjugaison (il faudra également penser à revoir la conjugaison du conditionnel). De nombreuses sont également sans queue ni tête, tant par l'utilisation d'une syntaxe inappropriée et d'adjectifs loufoques.
    Pour étayer ces propos je terminerai en citant cet extrait, recopié mot pour mot avec ses fautes : "Ces êtres étaient parvenus à rendre un monde de sérénité au coeur de ressources naturelles, tel que la faune et la flore."

    RépondreSupprimer