Recent Posts

dimanche 17 septembre 2017

Ça, de Andy Muschietti


À Derry, dans le Maine, sept gamins ayant du mal à s'intégrer se sont regroupés au sein du "Club des Ratés". Rejetés par leurs camarades, ils sont les cibles favorites des gros durs de l'école. Ils ont aussi en commun d'avoir éprouvé leur plus grande terreur face à un terrible prédateur métamorphe qu'ils appellent "Ça"… 

Car depuis toujours, Derry est en proie à une créature qui émerge des égouts tous les 27 ans pour se nourrir des terreurs de ses victimes de choix : les enfants. Bien décidés à rester soudés, les Ratés tentent de surmonter leurs peurs pour enrayer un nouveau cycle meurtrier. Un cycle qui a commencé un jour de pluie lorsqu'un petit garçon poursuivant son bateau en papier s'est retrouvé face-à-face avec le Clown Grippe-Sou …


Nous avons eu le plaisir de découvrir Ça en avant-première lors de la soirée de l'horreur au Cap'cinéma de Carcassonne. Trois jours avant la sortie officielle les clowns étaient au rendez-vous pendant que les coulrophobes restaient terrés chez eux !


Ça (It : Chapter One) est la nouvelle adaptation du roman de Stephen King réalisée par Andy Muschietti à qui l'on doit l'excellent Mama. Il fait partie d'une duologie, deux films adaptant le téléfilm de 1990 de Tommy Lee Wallace. Cette nouvelle version met en scène les évènements étranges se passant à Derry durant l'été 1989 dans la première partie de l'histoire (la suite annoncée devrait se dérouler en 2016 si on en croit le postulat).

Adapter à nouveau ce récit après la version de 1990 était un défi. Cette mini-série en deux parties, bien qu'ayant fait trembler des générations d'enfants (et d'adultes), accuse le coup aujourd'hui et ne peut plus prétendre au statut de film tant il ressemble à présent à un simple téléfilm du dimanche après-midi.

Le film d'Andy Muschietti dure 2h15 et se dote d'une mise en place assez lente mais progressive. On se réjouit que la réalisation et la production n'ait pas fait l'impasse sur celà en ne tronquant  pas l'adaptation, afin de coller aux standards du format cinéma. Le récit gagne en profondeur avec le développement des sept héros de l'histoire, et leurs rencontres progressives et flippantes avec Gripsou le Clown dansant.

La photographie et la mise en scène sont impeccables : la couleur, les plans sont maitrisés et rendent hommage à la version de 1990. On retrouve avec beaucoup de plaisir bon nombres de scènes remises au goût du jour avec brio.
Les effets spéciaux sont particulièrement réussis. Que cela soit les transformations monstrueuses de Gripsou, ses déplacements cauchemardesques, le maquillage des enfants morts, les lieux qui se transforment ou s'étirent, tout est savamment dosé sans tomber dans l'avalanche de SFX. La scène où les enfants flottent tous dans "les Lumières-Mortes" ne laisse pas le public indifférent tant son esthétique est travaillée.

Bill Skarsgård signe ici une interprétation magistrale de Gripsou le Clown dansant  (Pennywise) : inquiétant, malsain, basculant aisément du clown au monstre en passant par des expressions d'absence ou de malignité bluffantes, il dépasse la prestation pourtant excellente de Tim Curry à l'époque. Son regard et ses sourires pernicieux vont faire faire des cauchemars à une nouvelle génération de cinéphiles et jeter un vernis d'inquiétude sur les gens déguisés en clown.
Le maquillage appuie habilement la physionomie de l'acteur, accroit le sentiment d'insécurité qu'il inspire, et va bien au delà de celui de clown plus classique que pouvait avoir Tim Curry. Gripsou se drape d'une nouvelle image plus sinistre qui va devenir iconique dans le genre des films d'horreur. A noter qu'un clin d'oeil au personnage original de la version de 1990 est dissimulé dans le film comme pour boucler la boucle.


La prestation des jeunes acteurs est excellente. Mention spéciale à Finn Wolfhard (Ritchie), découvert dans la magistrale série Stranger Things,  qui réussit à nous faire un peu oublier cette dernière en campant un adolescent binoclard casse pied, drôle et injurieux. Jaeden Lieberher est quand à lui touchant dans le rôle de Bill le bègue, frère du petit Georgie qui disparait au début de l'histoire.


Les seconds rôles ne sont pas en reste : les adultes qui entourent les enfants sont soit odieux, soit aveugles aux évènements, caricaturaux d'une certaine Amérique des années 90, comme aime à la montrer Stephen King dans ses récits. 

Henri Bowers (Nicholas Hamilton) et sa bande de voyous sont détestables à souhait et moins caricaturaux que dans le téléfilm. Ils sont traversés de doutes, de peurs ou de problèmes d'adolescents tout autant que leurs ennemis "les ratés", les jeunes héros du film.

Andy Muschietti nous livre ici le premier chapitre d'une adaptation prometteuse, enthousiasmante et délicieusement abominable, fidèle à l'oeuvre originale et à la mini-série devenue culte des années 1990. Astucieux dans sa mise en scène et capable de nous faire frémir, ce premier volet de la duologie donne un nouveau souffle à une oeuvre incontournable du "King", dépoussiérant au passage le travail de Tommy Lee Wallace tout en donnant envie de nous y replonger !!! 

Nous attendons avec impatience la sortie du second opus en espérant que l'épouvante sera à son paroxysme !

Lord Kavern


Lord Kavern, chroniqueur et clown à ses heures perdues / L'Etrange Librarium, une affaire de famille !

5 commentaires:

  1. Ce film m'a plu : le jeu des acteurs,le look de pennywise ect...
    Mais niveau trouille pas de quoi faire un cirque !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien joué ! Si vous ne l'avez pas vu nous vous recommandons Annabelle 2, il est parfait pour avoir la trouille !

      Supprimer
  2. Franchement au top même si les scènes ne sont pas les mêmes que le premier. J'ai eu de bons sursauts, et les acteurs assurent. Vivement la suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons hâte également de découvrir le second volet !

      Supprimer
  3. Quelle déception !!! Ayant découvert le téléfilm vers mes 8/9 ans, et ayant été traumatisée par ce clown et toute l'ambiance autour, quelle ne fut pas ma déception en ne retrouvant quasi rien de ce que j'avais tant aimé dans le téléfilm !!
    Où est passée l'angoisse ? La psychologie des personnages ? Leur touchante amitié ? Cette peur omniprésente ?? Ce film donne l'impression que tout est survolé voir baclé parfois !!
    J'ai trouvé le clown limite enfant de coeur tellement il n'est pas sadique et pervers comme dans le livre et dans le téléfilm !!
    On sursaute, oui. Mais on a pas peur. Le clown est beaucoup trop surréaliste dès le début, ce qui est bien dommage... Dans le téléfilm, c'est ce qui était flippant; cette impression que c'était juste un mec déguisé en clown et qui est complètement barré dans sa tête, avec en plus un pouvoir pour matérialiser tes plus grandes peurs. Alors que là, ça fait limite motion capture par endroits; et du coup, ça coupe vers le réel, vers la peur.
    Trop c'est trop en fait :/
    On ne sent pas du tout l'influence que le clown a sur la ville, et c'est bien dommage; je pense que c'est ça qui casse le truc de l'ambiance oppressante et flippante qui doit être omniprésente normalement :(
    Les scènes flippantes sont trop courtes et trop rares.
    On ne s'attarde pas assez sur chaque peur de chaque enfant. Ils devinent trop vite qui est ça, et aussi que les adultes ne voient rien et ne les aideront pas.
    Ce film m'avait traumatisée enfant, cette version m'a laissé sur ma fin, ne me faisant même pas peur une seconde. Même au niveau des sursauts, j'ai 2 sursauté 2 fois car le reste du temps, tu le vois tellement venir que ça ne marche pas. Le personnage d'Henri Bowers est également beaucoup trop survolé, il n'y a pas de monté en puissance de sa folie comme dans le téléfilm et le livre. Là, il est psychopathe grave dès le départ et pof. Dommage.
    Des choses importantes sont laissées de côté, telle que les lueurs mortes, ce qui est pourtant capital pour la suite... Et tout le côté enquête sur Gripsou aussi; là, ils en parlent à peine :(

    En revanche, en points positifs : on passe malgré tout un bon moment car le jeu des acteurs est vraiment très très très bon. Les enfants sont parfaits, l'interprète de Georgie est excellent, car il sait faire flipper quand il le faut; et toute la troupe d'enfant joue vraiment juste et bien.
    Beaucoup d'humour également, j'ai beaucoup aimé le perso de Richie qui, pour le coup, est bien fidèle à lui même.
    L'acteur qui fait le clown est génialissime, si ils ne lui avaient pas donné ce côté trop irréel, il aurait été carrément parfait !! flippant plus que jamais avec son regard de fou et son sourire terrible !!

    Donc en soit, ce n'est pas un mauvais film, la réalisation est bonne, la musique pas mal, une dynamique correcte malgré quelques longueurs par moment, de l'humour, et j'ai envie de voir la suite, ne serait-ce que pour voir si ils ont corrigé un peu le tir sur ce qui m'a laissé frustrée dans le 1.

    Si tu veux avoir peur un minimum, faut le voir au ciné du coup, car chez toi, tu n'auras pas peur de tout, j'en suis sûr :/

    RépondreSupprimer