Recent Posts

lundi 8 octobre 2018

Interview de Nicolas Pagès


Note adressée aux lecteurs de L'Etrange Librarium : A la suite de à quelques soucis de connections neuronales (!!!) et d'un bug dans l'enregistrement du fichier de l'interview, une erreur s'est glissée dans les questions ! Nicolas Pagès n'est pas titulaire d'un doctorat en physique quantique mais il a joué le jeu et la réponse qu'il a apporté vaut bien qu'on ne la censure pas ! Mille excuses à nos lecteurs et à l'auteur !

L'Étrange Librarium : Bonjour, pouvez-vous vous présenter et parler de votre parcours, présenter votre ouvrage "Le Règne du Métal", premier volet de "Pearly Gates", à nos lecteurs ?

Nicolas Pagès : Bonjour et merci à vous. J’ai 40 ans, je suis psychologue et j’habite dans le sud de la France, dans un petit village traversé par le canal du midi.
Pearly Gates est mon premier roman, un dyptique donc, et dont la suite devrait sortir au cours de l’année 2019. C’est un roman à tendance "pulp", qui raconte l’épopée un peu foutraque de Daniel Pearly et de Deina Altiva. Ces deux personnages, par l’intermédiaire d’une mission d’exploration qui tourne mal, vont déclencher une suite d’événements qui les fera courir de planètes en planètes. C’est un roman d’action avec de l’humour (je l’espère en tout cas) dans un décor rétrofuturiste. 

E.L : Tout d'abord, qu'est-ce qui vous a amené à écrire ?

N.P : Les livres. Plus sérieusement, mes parents et grands-parents lisaient beaucoup ou possédaient une bibliothèque remplie. C’est déjà le point de départ. Et par la suite au lycée, j’ai eu de bon profs qui m’ont fait découvrir le plaisir de s’approprier les mots. Et puis, la rencontre avec Lovecraft et le mythe de Cthulhu ont été des moments clés dans l’idée que je pouvais peut-être écrire un truc un tant soit peu lisible. Lovecraft a d’ailleurs été mon sujet de mémoire de maîtrise en psychologie. En gros, tel un tentacule visqueux, le rêveur de Providence ne m’a jamais lâché. 

E.L : Quelles ont été vos sources d'inspiration pour écrire votre  roman( en littérature, au cinéma, en science puisque vous êtes titulaire d'un doctorat en physique quantique) ? Qui sont vos maîtres et coups de cœur en littérature et dans le septième art (principalement en SF, fantastique)

N.P : Oui, j’ai laissé tomber la physique quantique : trop simple à mon goût et j’en ai profité pour virer la moindre crédibilité scientifique dans Pearly Gates. Je suis incapable d’écrire de la Hardscience, trop compliquée pour moi. Plus sérieusement, j’adore la science-fiction depuis toujours au cinéma d’abord avec les classiques (Star Wars, Dune) et puis les séries de l’époque (V). Il y a quelques années, j’ai pris une claque scénaristique avec Battlestar Galactica et je crois avoir ébauché les premiers mots de Pearly Gates après la première saison de cette série.
En littérature fantastique, je trouve que King reste le meilleur quoi qu’on puisse lui reprocher. Outre Lovecraft, j’adore Jack Vance, James Herbert, Graham Masterton, Isaac Asimov, GRR Martin,  etc… En France, j’aime beaucoup Michel Pagel, Andrevon et la plupart des auteurs du Fleuve Noir. Récemment, j’aime beaucoup Bruno Pochesci, Karim Berrouka, Emmanuel Delporte.

E.L : Comment s'est organisé le travail d'écriture ? Avant et après la publication ? Pendant l'écriture, le moment de la journée où vous écrivez le mieux ? Un rituel autour de l'écriture ?

N.P : Pour Pearly Gates, je suis parti d’une image : un gars qui est assis sur le sable d’une planète aride avec une aiguille plantée dans un endroit un peu délicat. Ensuite, j’ai déroulé, sans plan, le fil des idées. Je notais en fin de paragraphes, les associations qui apparaissaient librement. J’ai peut-être hérité de ma formation de psy, cette façon de faire. Généralement, j’écris le soir et la nuit, entre 23h00 et 2h00. Pas de rituel particulier, à part parfois de la musique. Le roman en est d’ailleurs imprégné.

E.L : Autre chose à nous faire partager ? Vous avez carte blanche ! (lien vers votre site, page facebook, remerciements, accueil de votre ouvrage par les lecteurs, futurs projets, adaptation de votre roman...)

Si j’ai carte blanche, je demande à tous les lecteurs de ce blog d’envoyer de l’argent… ah non ? On peut pas ? … OK, donc mon site n’est pas à jour mais il est ICI et ma page Facebook.
Le deuxième et dernier tome de Pearly Gates devrait être terminé en fin d’année 2018 et j’espère pouvoir le sortir en 2019. Je suis toujours surpris quand on me demande la suite, mais continuez, ça fait plaisir.  Je travaille aussi sur un autre roman qui sera un thriller fantastique mais que je dois laisser en suspens par manque de temps et quelques nouvelles devraient être publiées cette année chez divers éditeurs. Enfin, j’ai eu le plaisir de codiriger l’anthologie de la nouvelle saison de la série "Calling Cthulhu" chez L’Ivre-Book , un recueil hommage à Lovecraft (encore et toujours lui).
Merci à vous.

Propos recueillis par Lady Fae

1 commentaire:

  1. Le premiers livre de HP Lovecraft que j'ai pu lire était "Le Rôdeur devant le seuil". je l'ai lu et relus plusieurs fois et je me suis séparé de ce livre pour lire d'autre sujet. Après avoir eu beaucoup d'entretiens avec vous, (N.P), j en ai déduit ou conclus que "le rôdeur" qui est toujours "devant" ou "autour" du "seuil" était l’ égo (sujet inépuisable) .... J'attends la livraisons de vôtre première "perle" nacré ...

    RépondreSupprimer